Demande de déchéance des droits sur une marque : Rejet en cas d’usage réel et sérieux sur internet. - Avocats Commercial Contrat Internet

Menu
Aller au contenu

Demande de déchéance des droits sur une marque : Rejet en cas d’usage réel et sérieux sur internet.
Source : CA Paris, Pôle 5, 2ème ch., 20 novembre 2015, n° 15/00522.

Demande de déchéance des droits sur une marque : Rejet en cas d’usage réel et sérieux sur internet. Source : CA Paris, Pôle 5, 2ème ch., 20 novembre 2015, n° 15/00522.

 
#marque #decheance #exploitation #internet #NTIC #PI

 
La cour d'appel de Paris dans un arrêt du 20 novembre 2015, précise que l'usage réel et sérieux d'une marque sur internet dans la période de trois mois antérieure à la demande de déchéance, telle que visée à l'article L. 714-5 du Code de la propriété intellectuelle, fait obstacle à la demande de déchéance.

 
 
La cour d’appel a donc infirmé le jugement qui avait prononcé la déchéance des droits de la société du Figaro sur sa marque « Jours de France ».

 
 
L’affaire :

 
 
Le Figaro a diffusé jusqu'en 1989 un hebdomadaire intitulé « Jours de France ». Il est titulaire de cette marque pour l’avoir déposée le 24 juillet 1968.

 
 
A compter de 2011, Le Figaro a édité sous cette même marque une page web accessible sur le site puis le lien et, depuis 2013, il a lancé un complément de son magazine sous format papier.

 
 
Le Figaro a ainsi assigné une société qui a, depuis novembre 2010, un magazine mensuel intitulé « Jour de France ».
 
 

Le TGI de Paris a prononcé la déchéance des droits du Figaro sur la marque. La société publiant le magazine mensuel intitulé « Jour de France » a fait appel de ce jugement.
 
 

La cour d'appel considère, en particulier, que l'intimée (le Figaro) ne pouvait valablement tirer argument du fait que ce magazine poursuivait le dessein de "jauger le public", en affirmant que l'aspect commercial de l'utilisation de la marque n'est pas établi, faute d'abonnements, de commandes ou d'inscription en tant qu'utilisateur, dès lors que la marque est, en l’espèce apposée sur un produit visé à son enregistrement qui est mis à la disposition du public sans laisser de doute sur sa fonction.
 
 

De plus, selon la cour d’appel, la société appelante, produit des documents explicitant les mesures d'audience et démontrant que le nombre de visiteurs uniques (en moyenne de l'ordre de 1 700 par mois, hors périodes de pointe) n'est pas significativement inférieur au nombre de visiteurs.
 
 

En toute hypothèse, selon la cour, le critère quantitatif ne constitue pas un critère d'appréciation déterminant et la diffusion par internet est potentiellement de nature à assurer le rayonnement du produit.

 
 
Enfin, l'exploitation du magazine papier vient conforter l'usage réel et sérieux de la marque sur internet dans la période de trois mois antérieure à la demande de déchéance.
 
 
L'usage réel et sérieux est donc rapporté selon la cour d’appel.
 

Source : CA Paris, Pôle 5, 2ème ch., 20 novembre 2015, n° 15/00522.
 


Nos Avocats vous assistent et conseillent, ainsi que votre entreprise, dans le cadre de contentieux devant la Cour d'appel de LYON, le Tribunal de Grande Instance, Le Tribunal de Commerce et le Conseil de Prud'hommes.

Nous pouvons vous proposer une convention d'honoraires ou un devis forfaitaire après présentation de votre affaire sur la page dédiée.

Les principaux domaines d'intervention du cabinet sont :



Par Maître Timo RAINIO
Avocat

Date de l'article : 30 décembre 2015.



.

Retrouvez les derniers articles du blog :
Contrat de travail – CDI : Un conducteur de VTC Uber reconnu salarié d'une plateforme numérique de réservation
La cour d'appel de Paris a jugé dans un arrêt du 10 janvier 2019 que le contrat de partenariat signé par un conducteur de VTC avec la société Uber doit s'analyser en un contrat de travail
Publié par Timo RAINIO - 5/2/2019
Contestation de nom de domaine : Réfléchir avant d’agir !
Tout le succès d'une opération réside dans sa préparation.
Publié par Timo RAINIO - 29/1/2019
La qualification du dénigrement
le fondement juridique du 'dénigrement' (art. 1240 c. civ.) permet de sanctionner un comportement déloyal consistant à répandre des appréciations touchant les produits, les services ou les prestations d'une entreprise lorsqu'elles portent atteinte à l'honneur ou à la considération de la personne physique ou morale qui l'exploite....
Publié par Timo RAINIO - 24/1/2019
La nouvelle notion de "Secret des affaires" en droit français.
Une loi visant à protéger le secret des affaires a été votée en France le 30 juillet 2018, et publiée le 13 décembre 2018.

La directive (UE) 2016/943 du 8 juin 2016 dite « secret des affaires » a été transposée en droit interne par la loi n° 2018-670 du 30 juillet 2018. Le décret d'application (n° 2018-1126) a été publié le 13 décembre 2018.
Publié par Timo RAINIO - 23/1/2019
Retourner au contenu