Date de la prise en compte de la demission du Président de SAS - Avocats Commercial Contrat Internet

Menu
Aller au contenu

Date de démission du mandataire social et opposabilité à la procédure collective. 
Cass. com., 12 mai 2015, n° 14-12.483.


Date de démission du mandataire social et opposabilité à la procédure collective. Cass. com., 12 mai 2015, n° 14-12.483.

Un mandataire personne physique, exerçait les fonctions de président d'une société par actions simplifiée "E".

Il démissionne de ses fonctions de Président de SAL le jour de la réception d'une lettre de convocation à un entretien devant le président du tribunal de commerce, fixé au 15 décembre 2011. 

Puis par jugement du 21 février 2012, le tribunal de commerce a, sur saisine d'office, ouvert une procédure de liquidation judiciaire à l'égard de la société "E". 

L'ancien Président a alors contesté la date retenue pour la cessation des paiements et il a formé une tierce opposition à ce jugement.

La cour d'appel a déclaré que l'action de l'ancien Président était irrecevable dans sa tierce opposition. Celui-ci s'est alors pourvu en cassation.

La cour de cassation décide de censurer la cour d'appel.

La Cour de cassation considère que :

d'une part, que :

  • "La démission d'un mandataire social est opposable à la procédure collective dès lors qu'elle est effective à la date d'ouverture de cette procédure, peu important qu'elle n'ait pas été publiée"

Or en jugeant que le défaut d'accomplissement des formalités légales de publicité relatives à la démission du dirigeant d'une société rend cette démission inopposable au tribunal de commerce « pris comme un tiers », la cour d'appel a violé les articles 582 et 583 du code de procédure civile.

D'autre part , que :

  • "une société personne morale peut demeurer valablement représentée à l'instance même si elle est dépourvue de représentant légal du moment qu'un conseil a été régulièrement mandaté à cette fin". En l'espèce, "le conseil ainsi mandaté est chargé de représenter la personne morale en tant que telle et non son dirigeant. Ce dernier avait la qualité de tiers du moment que sa démission était effective au jour du jugement de liquidation de la société et il n'avait pas pris part à l'instance pas plus qu'il n'y avait été représenté à titre personnel".

Or en considérant que l'ancien Président n'était pas fondé à invoquer une autre qualité que celle qui était la sienne lorsque le lien d'instance s'étant opéré, la cour d'appel a violé les articles 582 et 583 du code de procédure civile.

Sources : Cass. com., 12 mai 2015, n° 14-12.483.




Nos Avocats assistent et conseillent les particuliers et les entreprises en droit des sociétésdroit commercial, notamment concernant la création de société, les ventes de fonds de commerce, en droit des Nouvelles technologies de l'information et de la communication, et en droit du travail


Nous pouvons vous proposer une convention d'honoraires ou un devis forfaitaire après présentation de votre affaire sur la page dédiée.




Par Maître Timo RAINIO
Avocat



Avocat – Rainio - Lyon

www.avocat-rainio.com
Cabinet d’Avocats

Date de l'article : 26 mai 2015.



.

Retrouvez les derniers articles du blog :
Contrat de travail – CDI : Un conducteur de VTC Uber reconnu salarié d'une plateforme numérique de réservation
La cour d'appel de Paris a jugé dans un arrêt du 10 janvier 2019 que le contrat de partenariat signé par un conducteur de VTC avec la société Uber doit s'analyser en un contrat de travail
Publié par Timo RAINIO - 5/2/2019
Contestation de nom de domaine : Réfléchir avant d’agir !
Tout le succès d'une opération réside dans sa préparation.
Publié par Timo RAINIO - 29/1/2019
La qualification du dénigrement
le fondement juridique du 'dénigrement' (art. 1240 c. civ.) permet de sanctionner un comportement déloyal consistant à répandre des appréciations touchant les produits, les services ou les prestations d'une entreprise lorsqu'elles portent atteinte à l'honneur ou à la considération de la personne physique ou morale qui l'exploite....
Publié par Timo RAINIO - 24/1/2019
La nouvelle notion de "Secret des affaires" en droit français.
Une loi visant à protéger le secret des affaires a été votée en France le 30 juillet 2018, et publiée le 13 décembre 2018.

La directive (UE) 2016/943 du 8 juin 2016 dite « secret des affaires » a été transposée en droit interne par la loi n° 2018-670 du 30 juillet 2018. Le décret d'application (n° 2018-1126) a été publié le 13 décembre 2018.
Publié par Timo RAINIO - 23/1/2019
Retourner au contenu