Pas d'indemnisation intégrale du préjudice pour le conducteur fautif impliqué dans un accident de la circulation. - Avocats Commercial Contrat Internet

Menu
Aller au contenu

Pas d'indemnisation intégrale du préjudice pour le conducteur fautif impliqué dans un accident de la circulation. Cass. crim., 5 mai 2015, n° 13-88.124.


Pas d'indemnisation intégrale du préjudice pour le conducteur fautif impliqué dans un accident de la circulation. Cass. crim., 5 mai 2015, n° 13-88.124.

Selon un arrêt de la Chambre criminelle de la Cour de cassation du 5 mai 2015 :

Un conducteur impliqué dans un accident de la circulation ne peut se voir être indemnisé intégralement du préjudice consistant dans la perte de son épouse et passagère.

L’affaire :

Mme. G. a trouvé la mort dans un accident de la circulation impliquant les véhicules conduits par M. N., son époux, dont elle était passagère et par M. A..

Le tribunal correctionnel a déclaré M. A. coupable d'homicide involontaire et, sur les intérêts civils, opéré un partage de responsabilité entre les conducteurs, à hauteur de trois quarts pour M. A. et d'un quart pour M. N..

Cependant, les juges du fond ont admis la réparation intégrale des préjudices subis par les consorts N., considérant que la victime de l'accident aurait eu droit à l'indemnisation intégrale de son préjudice en l'absence de faute inexcusable ou intentionnelle pouvant lui être imputée.

Le partage de responsabilité décidé serait donc inopérant sur la liquidation des préjudices subis par les parties civiles.

La Cour de cassation a alors rappelé le principe selon lequel un conducteur impliqué dans un accident de la circulation ne peut se voir être indemnisé intégralement du préjudice consistant dans la perte de son épouse et passagère. Puis elle a confirmé la motivation de la cour d'appel relative à l'indemnisation intégrale de la victime directe et des victimes par ricochet.

Conformément aux dispositions de l'article 6 de la loi n° 85-677 du 5 juillet 1985, le préjudice du tiers, victime par ricochet, du fait des dommages causés à la victime direct doit être réparé intégralement, dès lors qu'aucune limitation n'est applicable à la réparation des dommages subis par celle-ci.

Cependant la Cour de cassation censure l'arrêt en raison du non-respect des articles 4 et 6 de la loi du 5 juillet 1985.

Selon ces articles, l'implication de plusieurs véhicules dans un accident, donne le droit pour chaque conducteur de percevoir une indemnisation des dommages subis, directement ou par ricochet, sauf s'il a commis une faute ayant contribué à la réalisation du préjudice.

Or en accordant à l'un des conducteurs, l'indemnisation intégrale du préjudice subi par lui du fait de la mort de son épouse et passagère, dans l'accident en cause, la cour d'appel a méconnu les articles 4 et 6 de la loi du 5 juillet 1985.

Sources : Cass. crim., 5 mai 2015, n° 13-88.124.




Nos Avocats assistent et conseillent les particuliers et les entreprises en droit civil,  droit commercial, notamment concernant les ventes de fonds de commerce, en droit des nouvelles technologies de l'information et de la communication, et en droit du travail


Nous pouvons vous proposer une convention d'honoraires ou un devis forfaitaire après présentation de votre affaire 
sur la page dédiée.





Par Maître Timo RAINIO
Avocat



Avocat – Rainio - Lyon

www.avocat-rainio.com
Cabinet d’Avocats

Date de l'article : 19 mai 2015.



.

Retrouvez les derniers articles du blog :
Contrat de travail – CDI : Un conducteur de VTC Uber reconnu salarié d'une plateforme numérique de réservation
La cour d'appel de Paris a jugé dans un arrêt du 10 janvier 2019 que le contrat de partenariat signé par un conducteur de VTC avec la société Uber doit s'analyser en un contrat de travail
Publié par Timo RAINIO - 5/2/2019
Contestation de nom de domaine : Réfléchir avant d’agir !
Tout le succès d'une opération réside dans sa préparation.
Publié par Timo RAINIO - 29/1/2019
La qualification du dénigrement
le fondement juridique du 'dénigrement' (art. 1240 c. civ.) permet de sanctionner un comportement déloyal consistant à répandre des appréciations touchant les produits, les services ou les prestations d'une entreprise lorsqu'elles portent atteinte à l'honneur ou à la considération de la personne physique ou morale qui l'exploite....
Publié par Timo RAINIO - 24/1/2019
La nouvelle notion de "Secret des affaires" en droit français.
Une loi visant à protéger le secret des affaires a été votée en France le 30 juillet 2018, et publiée le 13 décembre 2018.

La directive (UE) 2016/943 du 8 juin 2016 dite « secret des affaires » a été transposée en droit interne par la loi n° 2018-670 du 30 juillet 2018. Le décret d'application (n° 2018-1126) a été publié le 13 décembre 2018.
Publié par Timo RAINIO - 23/1/2019
Retourner au contenu