Le traitement de données à caractère personnel sans respect des dispositions légales est sanctionné pénalement. - Avocats Commercial Contrat Internet Societe

Menu
Aller au contenu

Le traitement de données à caractère personnel sans respect des dispositions légales est sanctionné pénalement.
Source : Cass. crim., 8 septembre 2015, n°13-85.587.

Le traitement de données à caractère personnel sans respect des dispositions légales est sanctionné pénalement.
Source : Cass. crim., 8 septembre 2015, n°13-85.587.
 
#NTIC #CNIL #donneespersonnelles #traitement #penal #loidu6janvier1978
 
Selon une décision de la Chambre criminelle de la Cour de cassation du 8 septembre 2015 :
 
Le fait, y compris par négligence, de procéder ou de faire procéder à un traitement de données à caractère personnel sans qu'aient été respectées les formalités préalables prévues par la loi du 6 janvier 1978, relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, est réprimé pénalement
 
La loi du 6 janvier 1978 s'applique aux traitements de données à caractère personnel et n'exige pas le franchissement d'un seuil de données ou de fichiers.
 
L’affaire :
 
Des notes faisant état d'appréciations personnelles sur la manière de servir de M. M., responsable du pôle "études" au centre d'études européennes, ont été rédigées par M. T., responsable de cette direction.
 
Ces notes ont été enregistrées au nom de la secrétaire de M. T. sur un répertoire informatique qui était accessible à tous les personnels du service.
 
M. M. a porté plainte et s'est constitué partie civile du chef de traitement automatisé de données à caractère personnel sans autorisation.
 
Le juge d'instruction a rendu une ordonnance de non-lieu. M. M. a interjeté appel.
 
La cour d'appel a retenu que M. T. a expliqué qu'il s'était borné à établir deux notes concernant uniquement M. M. et que le répertoire personnel de sa secrétaire, certes insuffisamment sécurisé, dans lequel elles ont été enregistrées, n'était pas destiné à accueillir d'autres notes concernant d'autres agents du service. Les juges de la Cour d’appel en ont déduit qu'il ne peut être considéré qu'il a créé un fichier de données personnelles.
 
La décision de la Cour d’appel a été censurée par la Cour de cassation. En statuant comme elle l’a fait, la chambre de l'instruction a méconnu les articles 226-16 du Code pénal et la loi du 6 janvier 1978.
 
Source : Cass. crim., 8 septembre 2015, n°13-85.587.
 

Nos Avocats vous assistent et conseillent, ainsi que votre entreprise, dans le cadre de contentieux devant la Cour d'appel de LYON, le Tribunal de Grande Instance, Le Tribunal de Commerce et le Conseil de Prud'hommes.

Nous pouvons vous proposer une convention d'honoraires ou un devis forfaitaire après présentation de votre affaire
 sur la page dédiée.

Les principaux domaines d'intervention du cabinet sont :



Par Maître Timo RAINIO
Avocat

Date de l'article : 1er octobre 2015.



.

Retrouvez les derniers articles du blog :
Contrat de travail – CDI : Un conducteur de VTC Uber reconnu salarié d'une plateforme numérique de réservation
La cour d'appel de Paris a jugé dans un arrêt du 10 janvier 2019 que le contrat de partenariat signé par un conducteur de VTC avec la société Uber doit s'analyser en un contrat de travail
Publié par Timo RAINIO - 5/2/2019
Contestation de nom de domaine : Réfléchir avant d’agir !
Tout le succès d'une opération réside dans sa préparation.
Publié par Timo RAINIO - 29/1/2019
La qualification du dénigrement
le fondement juridique du 'dénigrement' (art. 1240 c. civ.) permet de sanctionner un comportement déloyal consistant à répandre des appréciations touchant les produits, les services ou les prestations d'une entreprise lorsqu'elles portent atteinte à l'honneur ou à la considération de la personne physique ou morale qui l'exploite....
Publié par Timo RAINIO - 24/1/2019
La nouvelle notion de "Secret des affaires" en droit français.
Une loi visant à protéger le secret des affaires a été votée en France le 30 juillet 2018, et publiée le 13 décembre 2018.

La directive (UE) 2016/943 du 8 juin 2016 dite « secret des affaires » a été transposée en droit interne par la loi n° 2018-670 du 30 juillet 2018. Le décret d'application (n° 2018-1126) a été publié le 13 décembre 2018.
Publié par Timo RAINIO - 23/1/2019
Retourner au contenu