Devoir de mise en garde du banquier dispensateur de crédit à l'égard de l'emprunteur profane - Avocats Commercial Contrat Internet

Menu
Aller au contenu

Endettement excessif : Devoir de mise en garde du banquier à l'égard de l'emprunteur profane. CA Bordeaux, 19 décembre 2014, n° 13/04335.

Endettement excessif : Devoir de mise en garde du banquier à l'égard de l'emprunteur profane. CA Bordeaux, 19 décembre 2014, n° 13/04335.

La banque a une obligation de conseil à l'égard de ses clients qui prend la forme d'une obligation de mise en garde à l'égard des clients non avertis sur la possibilité d'un endettement excessif.

La banque engage sa responsabilité en l'absence d'une telle mise en garde.


Cette jurisprudence a été rappelée dans un un arrêt rendu par la cour d'appel de Bordeaux le 19 décembre 2014 (CA Bordeaux, 19 décembre 2014, n° 13/04335).

Les faits :

Selon la cour d'appel de Bordeaux, un emprunteur n'est pas un client averti car s'il indique avoir effectué seulement quelques emplois précaires en informatique. Cela ne lui donne pas des connaissances spécialement étendues en matière bancaire.

L'obligation de mise en garde à l'égard d'un client non averti impose à la banque de vérifier si le prêt octroyé conduit à un endettement excessif et disproportionné aux capacités de remboursement de l'emprunteur et de s'interdire d'accorder un prêt qui serait manifestement excessif au regard de ses facultés contributives, ce qui est le cas si elles sont inexistantes.

De plus, les capacités financières du client de la banque s'apprécient par rapport à la situation réelle de l'emprunteur qui doit normalement apparaître sur la fiche de renseignements qu'il remplit et remet à la banque lors de l'octroi du ou des prêts.

Si les informations données sont fausses, l'emprunteur a manqué à son obligation de loyauté à l'égard de la banque qui n'a pas à opérer de contrôle ou de vérification spéciale, sauf le cas d'anomalie flagrante ou grossière.

L'anomalie flagrante est susceptible de venir de l'examen du compte du client, ce qui est plus aisé s'il s'agit d'un client ancien et possédant son ou ses comptes dans les livres de la banque.

Dans le cas d'espèce, l'emprunteur avait fourni des renseignements erronés sur ses revenus que la banque pouvait vérifier facilement puisqu'elle tenait les comptes de ce dernier depuis de nombreuses années.

Selon la cour d'appel, la banque avait donc l'obligation de demander à l'emprunteur de présenter des éléments non erronés et, à défaut d'obtenir des éléments vraisemblables, elle devait refuser les prêts dans la mesure où elle était dans l'impossibilité de vérifier l'existence d'un endettement excessif et d'exercer effectivement son obligation de mise en garde.

Selon les éléments possédés par la banque, il n'y avait pas risque d'endettement excessif mais certitude d'un endettement excessif par des emprunts qui ne pouvaient en aucun cas être remboursés, de sorte qu'elle aurait dû refuser l'octroi des deux emprunts.

En accordant deux prêts dans ces conditions, la banque a commis un manquement préjudiciable à l'emprunteur dont elle doit l'indemniser, le préjudice s'analysant en une perte de chance de ne pas contracter pour le client qui, correctement informé, aurait pu choisir de ne pas s'endetter.

Dans le cas d'espèce, le préjudice correspond à la dette actuelle de l'emprunteur.


Sources :  CA Bordeaux, 19 décembre 2014, n° 13/04335



Nos Avocats vous assistent dans le cadre de contentieux devant le Tribunal de commerce, le Tribunal d'Instance et le Tribunal de Grande Instance.

Nous pouvons vous proposer une convention d'honoraires ou un devis forfaitaire après présentation de votre affaire sur la page dédiée.




Par Maître Timo RAINIO
Avocat



Avocat – Rainio - Lyon
www.avocat-rainio.com
Cabinet d’Avocats



Date de l'article : 19 janvier 2015.




.

Retourner au contenu